Jeux et enjeux de l’épargne informelle dans les marches Gouro à Abidjan : une analyse à partir des pratiques tontinières dans les marches de COCOVICO et de COMAGOA à Abidjan : SEHI Bi Tra Jamal

A propos : sociotexte

A voir

Rapport au pouvoir et mécanismes de gestion des ressources naturelles en pays agni : cas des Agni-Bini des Sous-Prefectures de Kouassi-Datekro et de Boahia : ADINGRA Tano Kouadio

La protection de l’environnement et des ressources qui la constituent est aujourd’hui une préoccupation universelle. Cette situation est due au dépérissement accéléré des ressources de la nature et à l’érosion des écosystèmes qui demeurent pour la planète un réservoir inestimable de ressources génétiques, fauniques et floristiques. Cet ensemble d’éléments (biotiques et abiotiques) qui entourent l’Homme, à savoir, les conditions naturelles (physiques, chimiques, biologiques) et socio-culturelles contribuent directement ou non à subvenir à ses besoins et influencent ses activités. Malheureusement, le mercantilisme et la recherche de profit individuel mettent de plus en plus à mal le souci de protéger le couvert végétal à telle enseigne qu’aujourd’hui sa dégradation devient vertigineuse. Si l’on n’y prend garde, elle sera irréversible. De ce qui précède, il convient de noter que les acteurs nationaux et internationaux de la gestion de l’environnement préconisent de recourir aux pratiques écologiques endogènes. Cependant, de sérieuses menaces pèsent sur ces méthodes ancestrales. Il s’agit de l’avènement des religions du livre, l’éducation conventionnelle et la législation des pays du Sud. Ces facteurs participent ainsi à l’érosion progressive des pratiques écologiques ancestrales. Cet état de fait est préoccupant dans la mesure où, aujourd’hui, la nécessité d’intégrer ces savoirs dans le système conventionnel de conservation est universellement recommandée.